Le monde en 2016

La durabilité s’ancre de plus en plus profondément dans la vie quotidienne de nombreuses personnes et entreprises. Il s’agit d’un mouvement de fond, et non d’une simple tendance. Dans de nombreux pays, un dialogue de plus en plus marqué s’est instauré au sujet du rôle des acteurs économiques et, en particulier, des institutions financières dans la société, ce qui démontre l’appétit pour le changement du grand public. En 2016, ce débat s’est traduit notamment par un nombre croissant d’initiatives de « désengagement » de la part d’organisations diverses, notamment des institutions financières, des organisations caritatives et des universités, qui ont retiré leurs investissements dans des entreprises actives dans les combustibles fossiles pour des raisons à la fois morales et financières.

Des banques de toutes tailles se sont de plus en plus saisies de la thématique de la durabilité, certaines y voyant une opportunité réelle en termes de marché dans un monde post-crise bancaire, et d’autres une approche plus pertinente sur le long terme pour préserver leur santé future.

Cette évolution a conduit davantage de banques à se positionner comme étant plus éthiques et plus transparentes, et à promouvoir plus activement les crédits et investissements durables en 2016, ce qui a accru la concurrence pour la Banque Triodos dans tous les pays où elle est active.

De très nombreuses personnes continuent de choisir la Banque Triodos comme leur première banque car elle rencontre leurs besoins financiers tout en prônant les mêmes valeurs qu’elles. Il en a résulté une nouvelle croissance des dépôts, des crédits et des investissements durant l’exercice sous revue.

En 2016, les électeurs britanniques ont décidé de quitter l’UE lors d’un référendum largement médiatisé. La Banque Triodos a géré les implications du référendum à court et long termes ; celles-ci n’ont pas eu d’impact sur les tendances sous-jacentes qui alimentent la croissance de la succursale britannique. La Banque Triodos est déterminée à rester active au Royaume-Uni.

Des coûts plus élevés, des marges réduites et un plus grand impact : les défis du secteur bancaire

Les taux d’intérêt des banques centrales sont restés à un niveau historiquement bas en 2016, partiellement en raison d’une masse monétaire excédentaire issue de l’assouplissement quantitatif – la réponse monétaire des autorités bancaires à la croissance économique en berne tout au long de l’année. S’ils sont positifs pour les emprunteurs, les taux d’intérêt faibles sont une mauvaise nouvelle pour les dépositaires ordinaires.

La tendance caractérisée par des coûts élevés résultant des exigences réglementaires et par des marges plus faibles découlant de taux d’intérêt bas et d’une vive concurrence pour décrocher des clients particuliers et professionnels (soit uniquement sur la base des prix soit de la part de banques avides de prêter dans le cadre de crédits « durables » attractifs), s’est accrue au cours de l’année.

Pour de nombreuses banques, cela s’est traduit par une augmentation des tarifs de leurs produits et services. En Belgique, les incitants fiscaux relatifs aux comptes d’épargne réglementés ont encouragé encore davantage l’épargne et donc la liquidité, et ont encore réduit la marge de taux d’intérêt pour les banques. Collectivement, cette évolution a mis la rentabilité des banques sous pression.

En dépit d’un environnement difficile sur le marché du crédit, les succursales ont été capables d’augmenter le volume des prêts, ce qui est déterminant pour accroître l’impact de la Banque Triodos. Garantir un équilibre sain entre la croissance du portefeuille de crédits et un flux relativement fort de dépôts reste un point d’attention important.

Nos réalisations

La Banque Triodos a continué d’étendre son impact au cours de l’année à travers tous les secteurs durables au sein desquels elle est active. Elle a conclu le plus grand nombre de contrats d’énergie renouvelable parmi les institutions financières européennes, occupant la tête du rapport 2016 « Investissement dans les infrastructures renouvelables en Europe » de Clean Energy Pipeline, qui se base sur les opérations réalisées en 2015.

Si la Banque Triodos souhaite augmenter son impact et remplir sa mission, il est essentiel qu’elle puisse offrir un éventail complet de services d’un haut niveau qualitatif à ses clients, particuliers ou entreprises, et augmenter le volume de transactions avec ceux-ci.

Une gamme complète de services est déjà proposée dans certains pays, notamment aux Pays-Bas ou encore en Espagne où la succursale a mis en service un nouveau système bancaire central en 2016, renouvelant son offre bancaire sur Internet et lançant un nouveau service de banque mobile. Au Royaume-Uni, la Banque Triodos met actuellement en place un compte courant qui sera proposé aux clients en 2017. La Banque Triodos a également été élue « Bank of the Year » aux UK Better Society Awards pour son financement d’organisations caritatives et d’entreprises à but non lucratif.

La Banque Triodos a renforcé sa présence et son impact au cours de l’année en ouvrant un nouveau bureau administratif à Berlin, en octroyant son premier crédit au départ de l’agence inaugurée à Gand en 2015 et en ouvrant de nouveaux bureaux à Londres et Malaga avec le but prioritaire d’améliorer les relations avec ses clients et de favoriser les rencontres et opportunités de réseautage autour de l’économie réelle.

La Banque Triodos souhaite accroître son capital pour continuer à se développer et étendre ses activités, particulièrement dans le crédit. En 2016, 97 millions d’euros de capitaux frais ont été levés à travers le réseau européen de la Banque Triodos et plus de 2.403 nouveaux détenteurs de certificats d’actions y ont participé.

La succursale néerlandaise a joué un rôle actif dans une initiative visant à explorer comment la Banque Triodos peut aller au-delà de ses opérations essentielles actuelles, par le biais du LEAF (Local Economy and Alternative Finance Initiatives) Lab, en travaillant avec des collègues et universités à des expériences visant à rendre les économies locales plus durables et résilientes.

Le bureau de représentation de la Banque Triodos en France a continué de développer ses activités mais n’est pas encore une succursale à proprement parler.

L’organisation gagne toujours en popularité en s’appuyant sur des relations solides et la volonté de nos clients de recommander la Banque Triodos. Plus de la moitié des clients néerlandais recommanderaient l’entreprise à des tiers, un score extrêmement élevé pour une banque. En Allemagne, la Banque Triodos a remporté deux prix au cours de l’année (« Beste Geschäftskundenbank » (Handelsblatt) et « Beste nachhaltige Bank »), tous deux issus d’un vote des clients. Les journaux belges De Tijd et L’Echo ont élu le Triodos Sustainable Mixed Fund « Meilleur fond » dans la catégorie « Fonds mixtes risque neutre » lors de leur remise de prix 2016. Tandis qu’en Espagne, la Banque Triodos a été reconnue comme la banque ayant le plus haut niveau de satisfaction client parmi ses pairs, selon un sondage d’une organisation de consommateurs indépendante, l’OCU.

Une organisation apprenante

La Banque Triodos encourage une culture de « cocréation » ancrée dans sa mission et ses valeurs. Une conférence annuelle pour les collaborateurs contribue à enraciner cette culture dans un ensemble large et diversifié de collègues. En 2016, la conférence a eu lieu à Barcelone, en étroite collaboration entre le siège du groupe et la succursale espagnole, sur le thème « Transformation : rencontrer l’autre, faciliter le changement ».

Toutes les succursales de la banque et Triodos Investment Management ont développé et utilisent désormais une plateforme sociale en ligne baptisée « Engage » afin d’améliorer l’information, l’interconnexion, la collaboration et l’apprentissage des collaborateurs. La plateforme a rapidement trouvé sa place dans la vie quotidienne des collaborateurs partout dans l’entreprise.

Les collaborateurs ont réalisé des projets communs au sein des succursales tout au long de l’année. En Espagne, par exemple, la Fondation Triodos et le département des ressources humaines ont lancé un projet pilote pour dix collaborateurs qui développent ensemble un programme d’activités dans le potager bio du siège central, à destination des collègues et de leurs familles, des clients et d’autres parties prenantes.

Aux Pays-Bas, la Banque Triodos travaille de plus en plus avec des équipes de projet interdépartementales plutôt que par département, ce qui accélère le développement de nouvelles initiatives afin d’améliorer les expériences des clients. Le second programme « Hoofd-Hart Impuls », aux Pays-Bas, a contribué au développement des entrepreneurs et des entreprises, autant que des collaborateurs, en initiant un dialogue au sujet du leadership, des finances, des ressources humaines et du marketing.

Au Royaume-Uni, la succursale a développé une nouvelle stratégie en matière de ressources humaines afin de poser les bases de la croissance des effectifs attendue suite au lancement du compte courant personnel. Elle s’est également adaptée avec succès aux nouvelles exigences de la réglementation financière.