Analyse de matérialité

Le dialogue avec nos parties prenantes est très important pour la Banque Triodos depuis de nombreuses années déjà. Nous avons tiré parti de discussions ouvertes avec nos parties prenantes, dont nos clients, de diverses façons, des « journées de la clientèle » auxquelles ont participé des centaines de clients de tous les pays où nous sommes actifs aux assemblées de détenteurs de certificats d’actions et aux enquêtes. Cette année, nous avons introduit un processus formel d’analyse des questions les plus importantes à la fois pour nos parties prenantes et pour nous-mêmes.

Par des initiatives telles que le reporting G4 de la Global Reporting Initiative, les entreprises sont de plus en plus souvent encouragées à orienter leurs rapports de durabilité dans ce sens, plutôt que de publier des données relatives à des enjeux très variés, dont certains n’influencent pas tellement l’impact global de leur institution.

Dans le cas de la Banque Triodos, contrairement à ce qui se passe pour la plupart des autres organisations, ces enjeux de durabilité sont intégrés à nos activités de base. Nombre d’enjeux parmi les plus importants se reflètent dans le tableau des objectifs stratégiques qui fait suite à la présente analyse. Ils sont aussi régulièrement commentés tout au long de ce rapport.

Étant donné que nous nous concentrons exclusivement sur l’investissement d’impact, la Banque Triodos et ses parties prenantes adoptent une approche différente de celle de nombreuses banques conventionnelles. Au lieu de porter sur ce que nous faisons et ce que nous ne faisons pas, notre analyse de matérialité se concentre sur notre façon de faire. Ainsi, comme nous estimons qu’il faut utiliser l’argent de façon réfléchie pour contribuer à l’évolution positive de la société, il nous semble intéressant de faire figure de référence, ou de « chef de file », amplifiant ainsi notre impact sur l’industrie bancaire pour l’encourager à se diversifier et à devenir plus transparente et plus durable.

L’analyse de matérialité repose sur une enquête, une assemblée des parties prenantes à laquelle ont participé des représentants des trois groupes de parties prenantes de la Banque Triodos, ainsi que des entretiens individuels. Les trois groupes de parties prenantes de la Banque Triodos sont :

  • celles qui effectuent des transactions économiques avec l’entreprise (par ex. les clients, les détenteurs de certificats d’actions, les collaborateurs et les fournisseurs) ;
  • celles qui n’effectuent pas de transactions économiques, mais qui s’intéressent de près à la Banque Triodos d’un point de vue sociétal (par ex. des ONG, des gouvernements et les médias) ;
  • celles qui nous apportent de nouvelles idées et connaissances (par ex. des conseillers et des sources d’inspiration), nous incitant à réfléchir, à repenser et à explorer de nouveaux territoires.

Bien que l’analyse concerne l’entreprise dans son ensemble et pas seulement dans le contexte néerlandais, ce sont principalement des personnes résidant aux Pays-Bas qui y ont contribué. Nous comptons « internationaliser » ce projet en 2015, en discutant davantage avec les parties prenantes de tous les pays dans lesquels la Banque Triodos est présente.

Matrice de matérialité

(graphice)

Les résultats suggèrent que les parties prenantes de la Banque Triodos veulent qu’elle demeure un leader de la finance durable, dont la stratégie reflète et appuie cette mission, et qu’ils s’attendent à ce que ce soit le cas. De plus, les investissements d’impact (combinant, dans ce cas de figure, les crédits aux entreprises durables et l’investissement dans celles-ci, des sociétés productrices d’énergie renouvelable aux projets liés à l’agriculture biologique) et l’offre de services financiers durables sont considérés comme très importants à la fois par la Banque Triodos et par ses parties prenantes.

L’analyse montre que nos parties prenantes estiment qu’il est important que la Banque Triodos fasse figure de chef de file dans le secteur bancaire fondé sur les valeurs. Nous pensons aussi que la Banque Triodos doit jouer un tel rôle, et donc servir de référence pour le secteur bancaire. En outre, nous partageons la priorité citée par nos parties prenantes : aider nos clients emprunteurs à accroître encore leur durabilité. On trouvera des exemples, notamment des entretiens avec des emprunteurs, dans le chapitre d’impact.

Contrairement à ce qui se passe pour les grandes banques traditionnelles, la rémunération n’est pas vraiment prioritaire pour nos parties prenantes ni pour notre banque. Ceci reflète peut-être l’approche dominante de la Banque Triodos en matière de rémunération et laisse à penser que sa politique est bien comprise. Par exemple, la Banque Triodos n’offre pas de primes, et l’écart entre les salaires les plus bas et les plus élevés est relativement faible.

Pour des informations plus détaillées sur notre politique salariale et pour une analyse plus approfondie des résultats de cette étude, consultez le rapport social.